Samedi 10 Septembre à 20h15 à Gramat, Castelnau-Montratier s’impose 22-19 (9-9)

Composition: Sabrié, Brugidou , Lalbertie, Chambily, Gleye, Couture R. (cap.), Gaydou, Lemasson, Combarieu, Marin Geoffroy, Monferrand, Casez, Lafon, Guilhem, Lacharme. Marin Grégory, Pouyatos, Carles, Rembault, Sanson, Ricard, Lasbouygues, Valmary.

Castelnau : 2 essais de Monferrand (45) et Marin Geoffroy (52), 4 pénalités de Guilhem (18, 33, 40, 79)
Gramat : 1 essai (72), 1 transformation, 4 pénalités (12, 22, 38, 59)

Cartons blancs : pour Castelnau, Gleye (37) et Pouyatos (64) et un à la 43ième pour Gramat

Comme attendu, l’opposition offerte fut beaucoup plus consistante, avec notamment un numéro 10 très bon dans le jeu au pied et un paquet d’avant plus combatif. Un match sérieux mais avec moins de rythme qu’à l’aller. En effet, le jeu a été haché par un grand nombre de pénalités et un arbitre pointilleux. Malgré cela, nos joueurs tenteront d’animer la rencontre en jouant beaucoup de pénalités à la main, malheureusement, la continuité n’était pas au rendez-vous.
Alors que les locaux auraient mérité un carton pour fautes répétées, c’est Castelnau qui finira la mi-temps à 14 suite à un geste d’énervement de Pélic. La fin du premier acte se soldera sur le score de neuf partout, 3 pénalités partout.
Le COC attaquera le second tambour battant en inscrivant 2 essais en douze minutes. Le premier, magnifique, s’est construit sur un lancer en fond de touche très bien réalisé puis sur une combinaison des trois-quarts parfaitement exécutée. Le second conclura une énième pénalité jouée à la main. Gramat (qui récoltera un carton pour un mauvais geste sur Lafon) enchaine les fautes au sol mais c’est Pouyatos qui se fera exclure 10 minutes pour antijeu….et les locaux en profiteront pour marquer un essai au milieu des pagelles (19-19 à la 72′). Pierre Guilhem ramera finalement la feuille de match grâce à une nouvelle pénalité à une minute du terme.

La victoire est là, méritée, face une équipe solide et vexée de sa lourde défaite de samedi dernier. L’encadrement est donc satisfait de l’état d’esprit de ses troupes.

gramat (53)

gramat (56)