Comme souvent dans les oppositions Castelnau-Rabastens, ce huitième de finale fut tendu, serré et accroché jusqu’au bout.

La rencontre débute par une pénalité Lotoise faisant suite à un mauvaise réception du coup d’envoi côté Tarnais. Ces derniers récupèrent ensuite la balle, envoient du jeu et Couture se met à la faute, carton jaune. Dans la minute qui suit, ballon porté de Rabastens qui va en dame (7-3) et qui continuent à monopoliser la balle. Puis à la 24’, c’est au tour de Marie d’écoper d’un carton jaune et la sanction est là aussi immédiate avec un essai du talonneur Tarnais qui s’intercale dans la ligne de trois-quarts. Castelnau souffre mais va réussir à revenir à 12-6 juste avant la pause.

Le second acte ne pouvait pas plus mal démarrer pour le COC qui encaisse de suite un essai sur une maladresse bien exploitée. Les Lotois ne s’avouent pas vaincu pour autant et vont même dominer cette mi-temps en franchissant à plusieurs reprises la ligne défensive adverse. Lounici échouera même à quelques mètres de la ligne d’en but sur un débordement. Castelnau mérite vraiment de marquer mais n’y arrivera malheureusement pas. La victoire de Rabastens reste logique mais que les Lotois se sont bien battus malgré de nombreuses absences (notamment l’axe 2,8,10).

Le COC peut aussi, et surtout, regretter ses grosses lacunes en touche, qui les a privé de nombreux ballons, au contraire des Tarnais impériaux dans ce domaine.

La saison n’est toutefois pas terminé puisque les Lotois qui sont reversés en tableau A’ et joueront Dimanche prochain un quart de finale qui peut leur ouvrir le tableau du France.

A Rabastens, le COC s’incline 17-6 (mi-temps : 12-6 )
Pour Castelnau : deux pénalités de Guilhem (1 et 39)
Pour Rabastens : trois essais (5, 25 et 43). Une transformation.
Compo : Sanchez, Marin Grégory, Etienne, Couture R.(cap), Benchrif, Ricard, Lemasson, Sanson, Lounici, Marin Geoffroy, Ramaut, Marie, Veau, Guilhem, Venturato.
Fourniols, Lalbertie, Lherm, Lasbouygues, Coppo, Monferrand, Letourneur.